La parole est à vous

L'équitation autrement

J’ai réalisé un rêve le week-end dernier : une initiation à l’équitation éthologique. Passionnée de chevaux depuis toute petite, j’ai monté pendant une dizaine d’années, en manège, puis des chevaux privés, avant d’arrêter vers l’âge de vingt ans. J’aimais toujours les chevaux, mais je sentais que pour continuer, il fallait que je découvre autre chose. En fait, je n’avais jamais réussi à dépasser ma peur des chevaux, mais aussi, je sentais que quelque chose n’allait pas dans mon rapport avec eux. Je n’avais jamais aimé l’idée de devoir dominer l’animal, lui inspirer de la crainte pour qu’il me respecte. C’est pourtant ce qu’on apprend dans les manèges. Je trouvais aussi que beaucoup de cavaliers étaient assez brusques avec les chevaux et ça ne me plaisait pas. Je voulais une relation plus égalitaire mais je ne savais pas comment faire car je devais quand même me faire respecter. C’est alors que j’ai entendu parler des « chuchoteurs », ces hommes et ces femmes qui ont appris à « parler cheval ». Non pas par télépathie, mais en observant leur comportement, comment les chevaux communiquaient entre eux. En fait, essentiellement par des attitudes, des positions du corps.

L’un des pionniers de l’équitation éthologique, Monty Roberts, choqué par les pratiques très brutales des éleveurs pour dresser les jeunes chevaux, a cherché une alternative plus douce. Pour y parvenir, il a passé plusieurs jours et plusieurs nuits à suivre des chevaux sauvages en pleine nature. Il a découvert que les chevaux respectaient un ordre, une hiérarchie sociale. Un poulain par exemple qui s’est mal comporté sera momentanément écarté du troupeau par la femelle dominante. S’il veut à nouveau être intégré, il devra montrer qu’il est prêt à respecter les règles du groupe. L’homme, ou la femme, qui veut travailler avec des chevaux doit prendre la place du cheval dominant. Mais dominant ne veut pas dire celui dont les autres ont peur. Le chef est celui qui inspire le respect et la confiance, qui emmène les autres. L’équitation éthologique se base sur ce principe. Avant de travailler ensemble, le cheval et l’humain doivent s’apprivoiser, avoir confiance l’un envers l’autre.

Bref, après quelques années de recherche pour trouver une personne qui pratiquait ce genre de méthode en Suisse, j’ai enfin pu réaliser mon rêve. Et je n’ai pas été déçue. C’est tellement différent de l’équitation classique ! On commence d’abord par prendre contact avec le cheval (dans un manège, souvent, lorsque vous arrivez, votre cheval est déjà sellé, voire a déjà travaillé une heure avant vous et travaillera encore une autre heure après) et à établir une confiance réciproque. Ça implique un travail au sol, avant de monter, où l’on apprend à se faire comprendre et à parler le même langage. Et ça marche ! En très peu de temps, un cheval réceptif, même s’il n’a jamais été habitué à ce genre de technique, vous suit comme un chien, sans que vous n’ayez besoin de le tirer par la longe ou de lui  !

Bien sûr, il faut du travail pour arriver à une complicité aussi belle que celle de cette Américaine et de son cheval (voir la video). Ça ne se fait évidemment pas en cinq minutes. Mais ces méthodes sont très prometteuses. Et ce sont grâce à ces pionniers, qui ont osé chercher des réponses autres que celles que notre société donnait depuis des siècles, qu’elles existent. Une relation qui semble tellement plus juste, plus respectueuse d’un animal si noble et généreux. Et qui a tant à nous apprendre.

Delphine Gachet

Mes prestations

Reportages, docs, événementiel, photographie, voyages...: Découvrez les compétences que je peux mettre à votre service: site Pro

BnB et chalet à louer

bnbBed & breakfast, location de chalet à Pinsec, Val d'Anniviers: 
En savoir plus...

Contact

info @ planetpositive.org

Tél Suisse + 41 79 286 18 82

Pinsec, CH-3961 Vissoie