Planet attitude

Jardiner sans pesticides

Certaines techniques permettent de cultiver naturellement son potager.

Le printemps est là: c’est le moment de s’adonner aux joies du jardinage. Et si, cette année, vous renonciez aux pesticides et engrais chimiques pour une gestion plus douce de votre potager? Dans un petit jardin ou sur un balcon, il existe de nombreuses solutions naturelles pour cultiver légumes, fruits, fleurs et herbes aromatiques.

Quelles espèces choisir?
«On peut cultiver de tout biologiquement, mais lorsqu’on débute dans le jardinage, mieux vaut commencer par des choses simples», conseille Adrian Jutzet, producteur et cultivateur de semences biologiques dans le canton de Neuchâtel. Ce dernier recommande de privilégier les espèces indigènes (radis rouge, salade à tondre, carottes, fraise, roquette, ciboulette, bourrache, etc.) ainsi que les anciennes variétés, qui sont plus robustes et résisteront mieux aux maladies et aux prédateurs. Une plante sélectionnée et cultivée en Suisse sera moins stressée qu’une graine ou un planton provenant d’ailleurs, et s’adaptera plus vite au sol. Les variétés indigènes se prêtent également mieux à la culture en pot.

Alternatives naturelles aux produits chimiques
D’une manière générale, il est conseillé d’utiliser un fortifiant ou du compost avant de traiter les végétaux.
> Les fortifiants: ils stimulent la composition du sol. Le purin d’ortie, par exemple, est aussi efficace contre les pucerons. On peut l’acheter tout fait (dans des centres de jardinage et chez des horticulteurs spécialisés) ou le préparer soi-même avec des feuilles séchées (en infusion: 1 kg dans 10 litres d’eau pendant 12 heures). Contentez-vous d’asperger les feuilles et le sol.
> Les bio-pesticides: ces pesticides d’origine naturelle sont fabriqués à partir de plantes ou d’organismes vivants comme des champignons, des levures, des bactéries, ou à partir de minéraux (soufre, magnésium, etc.). Mais attention: même avec des engrais organiques on peut faire des dégâts. Ne pas en mettre trop et suivre les indications sur le produit.
> Les prédateurs naturels: ces ennemis des espèces nuisibles sont les bienvenus dans un potager. Les larves de coccinelles, par exemple, se nourrissent de pucerons, tandis que les vers nématodes s’attaquent aux limaces. Contre les chenilles, on peut introduire le champignon de la larve du hanneton. Ces prédateurs naturels s’achètent dans le commerce (grandes surfaces, centres de jardinage, producteurs spécialisés)
> Associations de culture: certaines espèces se protègent les unes les autres. L’odeur de la lavande dérange les ravageurs, par exemple. Les poireaux ou les oignons font fuir la mouche de la carotte, la plante nicandra chasse les mouches blanches, etc.

Delphine Gachet

(article paru dans le magazine Bon à savoir, avril 2008)

Mes prestations

Reportages, docs, événementiel, photographie, voyages...: Découvrez les compétences que je peux mettre à votre service: site Pro

BnB et chalet à louer

bnbBed & breakfast, location de chalet à Pinsec, Val d'Anniviers: 
En savoir plus...

Contact

info @ planetpositive.org

Tél Suisse + 41 79 286 18 82

Pinsec, CH-3961 Vissoie