Isa Blog

Le silence

Ce matin, j'ai collé mon nez contre le carreau de ma fenêtre. J'ai vu l'un des phénomènes naturels les plus beaux qui soient, le givre. Le givre de la décennie même?jusqu'aux portes des maisons de notre village de Giez. La nature entière recouverte de sucre glace et de piquants blancs aussi affûtés que des épées? Avec émotion, j'en parle au téléphone à ma meilleure amie, une voisine et une senior fraîche et malicieuse de 78 ans. Elle m'a répondu: "Aucun homme ne serait capable de créer une telle magie en une seule nuit. Et tout ça, en silence, sans déranger personne?". Je n'avais jamais réalisé que les plus belles oeuvres de la création, de l'éclosion d'une fleurs, au bourgeonnement d'un arbre en passant par un lever de soleil? s'accomplissent toujours dans un silence absolu. L'homme doit-il donc se taire aussi pour s'accomplir?

Donner du sens à sa vie

Il y a des gens qui sont prisonniers du présent. Mais on peut être prisonnier du passé, d'une mémoire douloureuse. Ou prisonnier de l'avenir, dans une rêverie perpétuelle. Donc le sens, c'est à la fois la capacité de donner une direction à son existence, mais aussi d'attribuer une signification aux faits en fonction de son histoire ou de ses projets. Voici une petite fable pour mieux illuster de propos: "Un pélerin se rend à la cathédrale de Chartres. Sur sa route, il croise un gars qui casse des cailloux. Il lui demande ce qu'il fait. Le gars lui répond en pestant qu'il fait un boulot stupide, fastidieux et mal payé de surcroît.
Le pélerin poursuit sa route, croise un deuxième casseur de cailloux, qui lui dit : « Ma foi, je gagne ma vie en plein air, c'est mieux que derrière un bureau. » Le pélerin avance, rencontre un troisième casseur de cailloux. Celui-là rayonne de joie. Le pélerin lui demande ce qu'il fait et le gars répond : « Vous voyez bien ! Je bâtis une cathédrale ! » Le sens qu'il donne à ses efforts lui apporte beaucoup de bonheur, car il métamorphose le réel. Le caillou est déjà un morceau de la future cathédrale."

Le baiser

Voilà la dernière élégance. Je viens de l'entendre au téléphone et c'est le cadeau du matin. Il y a deux mois, nous avions été invités à dîner par une restauratrice française à la retraite, vivant très modestement. Au menu, pas d'argenterie ni de caviar mais de l'amour, une cuisine simple de tradition, quelques chandelles et de l'authenticité. Nous étions une dizaine d'amis. Un couple en pleine crise conjugale s'était joint à nous. L'un et l'autre étaient très abattus et ils ne se sont pas échangés un mot pendant le repas. Puis la magie s'est mise à table. Rires, écoute, complicité, coeurs ouverts et confidences. Nous nous sommes quittés radieux. Chacun est reparti sur son chemin.
-Te souviens-tu de ce couple qui se déchirait depuis si longtemps et qui était venu à notre dîner?, m'a demandé mon amie ce matin au téléphone. Et bien l'épouse est venue m'apporter des médicaments. Nous avons reparlé de cette soirée inoubliable et elle m'a dit, les larmes aux yeux: "Comment oublier cette énergie positive qui nous a enveloppés? Quand nous sommes arrivés dans la ruelle derrière votre maison, mon mari m'a serré dans ses bras et m'a embrassé avec fougue comme jamais je n'oublierai."

L'honnêteté

BUENOS AIRES (AFP) - Les patrons d'un bar de la localité argentine de Rosario (nord) ont restitué à un sac contenant 67.000 dollars à un client pressé qui l'avait oublié dans l'établissement, rapporte mercredi la presse locale.
"Nous avons une conduite de vie et j'ai rendu l'agent parce que ce n'était pas le mien, tout simplement. Il ne nous appartenait pas, nous n'aurions pas pu en profiter", déclare Gillermina Maria Matorras, propriétaire depuis 15 ans avec son mari de ce modeste bar, surtout fréquentés par les chauffeurs de taxis et marchands ambulants.
Le sac avait été oublié la semaine dernière vers midi par un client, agent immobilier de profession, qui était sorti précipitamment après avoir consommé un café. "Mon mari a trébuché sur le sac, nous avons décidé de l'ouvrir pour voir ce qu'il contenait et nous avons presque eu un infarctus", raconte la tenancière, précisant que "trois heures plus tard l'homme s'est présenté le visage défait".
Le couple de propriétaires intègres a même refusé la récompense que leur proposait le client.
AFP, http://fr.news.yahoo.com/28122005/202/les-patrons-d-un-bar-rendent-un-client-67-000.html

La compassion

Après un ouragan, des milliers d'étoiles de mer avaient été dispersées sur une immense plage.Une petite fille s'échinait à les ramasser et à les remettre à la mer.Un promeneur qui passait par là se moqua d'elle :"Tu n'y arriveras jamais, il y en a trop! Qu'est-ce que ça va changer que tu t'échines pareillement?"Alors, en lui montrant celle qu'elle avait à la main, la petite file lui répondit :"Pour ELLE, ça fait une différence!"... et la rejetta à la mer !

Le bonheur

Il y a quelque jours, j'ai demandé à un ami quel était le suprême bonheur. Il m'a répondu ceci: "C'est d'écouter la chanson d'une petit fille qui s'éloigne après vous avoir demandé son chemin."

La confiance

Une collègue m'a raconté cette histoire extraordinaire cet après-midi. L'une de ses amies cherchait un appartement à Genève. Après plusieurs mois d'investigation, elle n'avait toujours rien trouvé et commençait à se décourager. Un jour, elle s'est promenée dans la forêt. Et la voilà qui bute, sous un tapis de feuilles mortes, sur un fer à cheval. Cet événement la trouble et lui redonne un bel élan d'espoir. "Il va me porter bonheur" s'était-elle dit alors dans son fors intérieur. Ma collègue lui avait lancé alors en plaisantant: "Et bien tu vas sûrement habiter à la rue des Cavaliers!" Un mois plus tard, son amie avait bel et bien trouvé un appartement à la rue des Cavaliers, et cela tout à fait par hasard. Par hasard, vraiment?

Le beau geste de Sébastien Loeb

Très beau geste de Sébastien Loeb pendant le RAC Rallye (Rallye d'Angleterre du championnat WRC) endeuillé par la mort de Michael Park, le copilote de Markko Martin lors d'une spéciale. En tête du rallye jusqu'à l'accident, le champion du monde, en signe de deuil, a décidé de prendre une pénalité pour finalement n'être que 3ème au classement et ne pas gagner son 2ème titre dans ces conditions. La tristesse et la compassion en face de la mort d'un collègue sont plus importantes que la joie ephémère d'une victoire ou qu'un sacre mondial. C'est remarquable de pouvoir le ressentir encore dans l'action et à quelque pas d'un but si attendu et espéré. Son initiative vient d'être primée pour «le geste sportif le plus élégant de l'année». Respect.
IBG
http://www.agoravox.com/auteur.php3?id_auteur=3152

L'imperfection

Un ami vient de me raconter cette jolie histoire, au cours d'une promenade.
"Mon père m'a beaucoup aidé à construire ma maison. Mais j'avais toujours l'habitude de le critiquer et je n'étais jamais content de ce qu'il entreprenait. Il laissait une trace de peinture ici, une tache de colle là, et j'en passe. Je devais toujours être derrière pour que ma maison se fasse selon les règles de l'art, les miennes. Un jour, il m'a carrément fendu un carreau dans ma salle de bain. J'étais furieux et je lui ai fait une xième remontrance. Je ne l'ai jamais réparé, par paresse. Puis mon père s'est éteint. Je n'ai même pas eu le temps de le remercier de tout ce qu'il avait essayé de faire pour moi. Aujourd'hui, la seule chose qui me lie à lui et qui me permet de ressentir toute sa bienveillance, c'est ce carreau cassé. Alors je regarde cette fêlure avec une tendresse et une gratitude infinie. Et c'est peut-être ce que j'ai de plus précieux chez moi."

Le bouquet de fleurs

A midi, une amie m'a raconté le geste d'un homme dont l'élégance m'a laissée sans voix. Il est le patron d'une entreprise et apprend que c'est l'anniversaire de l'épouse de son adjoint. Il demande à sa secrétaire de faire livrer à la jubilaire pour 500 francs de fleurs. Quelques minutes plus tard, le mari, qui ignore la sympathique initiative de son chef, lui demande de faire envoyer à sa femme un bouquet de 200 francs. La secrétaire, très embarrassée, retourne dans le bureau du directeur et explique son malaise: "Monsieur, qu'est-ce que Madame va penser quand elle verra que son mari lui offre un bouquet beaucoup plus petit que le vôtre?" Et au grand homme de répondre, sans hésiter: "Et bien, échangez les cartes!"

La bonté

Cet après-midi, un ami, un adorable septuagénaire, m'a raconté une belle histoire. Il y a quelques jours, il s'arrête rapidement devant un supermarché pour y faire une course. Souffrant de troubles du comportement et fatiguée, sa femme décide de l'attendre dans la voiture. A son retour, il constate que, victime d'un moment d'égarement, celle-ci avait fait démarrer la voiture qui a embouti le véhicule garé en face. Un jeune couple, les propriétaires du véhicule, lui lance, tout sourire. "Rassurez-vous monsieur, ce n'est pas grave". Le malheureux se confond en excuses et propose au couple de le suivre jusqu'à la prochaine carrosserie.
Un quart d'heure plus tard, ils s'y retrouvent tous les quatre. C'est alors que la jeune femme s'est approchée du vieil homme en lui tendant un petit paquet en disant: "Notre pare-choc s'est redressé de lui-même. Quant à l'égratignure, c'est sans importance. Enfin, je connais le mal dont souffre votre femme. Voici quelques gouttes à lui administrer sur la langue chaque fois qu'elle est en crise. Vous verrez, c'est magique!" Mon voisin, pris par l'émotion, a oublié de lui demander son adresse pour la remercier. Trop tard, elle était déjà partie.
"Son geste... c'est comme s'il elle m'avait donné un million! Il y a vraiment encore des gens merveilleux sur cette terre", m'a-t-il avoué, les larmes aux yeux. Quant aux gouttes, elles ont fait tout leur effet!

L'hospitalité

J'ai été dîné chez une vieille dame aux conditions de vie modestes. Son appartement était simplement décoré et le repas était aussi sobre que son intérieur. Pommes de terre en robe des champs et délicieux fromages. Une petite assiette préparée avec amour. Mais ce qui m'a le plus touchée et qui, selon moi, a révélé toute la générosité de cette personne, s'est traduit sous la forme d'un seul détail: mon assiette avait été pré-chauffée.

Au restaurant

Ce matin, j'ai croisé un heureux octogénaire qui partait en promenade.
"Où vas-tu comme ça mon bon Firmin?"
- Je pars faire un tour à Chandolin mais je rentre avant midi. Je ne mange plus au restaurant quand je pars en randonnée.
"Ah, bon? Pourquoi?"
-Parce que trois fois, les bistroquets m'ont dit: "Désolée, pour une seule personne... on ne dresse pas la table." Pas très élégant ça...

Le panache

Une amie m'a raconté qu'il était intervenu en faveur de l'un de ses collègues auprès de son supérieur avec lequel il connaissait quelques points de désaccord. A son insu. Quelques jours plus tard, son collègue lui a téléphoné pour lui partager sa joie de voir son chef changer d'attitude, à sa plus grande surprise... Mon amie l'a alors écouté en silence, heureux et fier, sans avouer à son collègue qu'elle était à l'origine de cette transformation. L'ange gardien, c'était elle mais elle ne lui a rien dit. En le rendant redevable de son action, elle aurait effacé toute la beauté du geste. Cette amie a du panache.

Mes prestations

Reportages, docs, événementiel, photographie, voyages...: Découvrez les compétences que je peux mettre à votre service: site Pro

BnB et chalet à louer

bnbBed & breakfast, location de chalet à Pinsec, Val d'Anniviers: 
En savoir plus...

Contact

info @ planetpositive.org

Tél Suisse + 41 79 286 18 82

Pinsec, CH-3961 Vissoie