bandeau

Politique

Trump, les vaccins et l'eau de Javel

J'avoue que la personnalité et la stratégie du Président Donald Trump me désarçonne. Traité de "crétin" par les uns, génial stratège ou "sauveur de l'humanité" par les autres, cet homme a au moins le mérite de passer d'une casquette à l'autre, si bien que nous ne pouvons pas l'enfermer dans une seule identité. Il est comme un poisson dans la main et échappe à toute logique. J'étais moi-même folle d'inquiétude le jour de son élection et consternée par ses prises de positions impulsives et naïves, en apparence. Mais aujourd'hui, je ne sais plus quoi penser car je dois bien reconnaître son engagement réel contre la corruption, le trafic d'êtres humains ou le retrait des forces américaines embourbées depuis le 11 septembre 2001 dans des conflits à l'étranger. Il semblerait que ses manières rustiques, parfois provocantes dans sa communication et ses décisions politiques soient une tactique de gouvernance plus subtile qu'en apparence. J'ai reçu dernièrement un message par whatsapp qui m'a interpellée, suite aux déclarations du Président des États-Unis qui proposait "d'injecter du désinfectant" dans le corps humain pour guérir du Coronavirus. Des propos qui ont soulevé un tollé international! Cette réflexion m'a invitée à ne plus juger nos dirigeants sur ce qu'en pensent les médias conventionnels. Voici ce que dit ce message en substance:

 "On dira ce qu’on voudra mais le Président américain a prouvé maintes fois son expertise dans la pratique du billard à trois bandes. Il vient de nous en faire une nouvelle démonstration. Pour comprendre, il importe de saisir deux scènes :

Scène 1 – jeudi 9 avril : le très respecté procureur général des États-Unis William Barr s’est fendu d’un discours public pour manifester son hostilité à la proposition de Bill Gates d’implanter dans le corps humain des « certificats numériques » prouvant qu'une personne a été vaccinée contre le coronavirus. Proposition jugée dangereuse et liberticide alors qu’elle a la faveur de toutes les élites mondialistes contre lesquelles le Président et son équipe se battent depuis le début. Bref, Trump ne veut pas entendre parler de vaccination généralisée et traçable.

Scène 2 - jeudi 23 avril : le Président provoque un tollé en commentant des études en cours sur le rôle des désinfectants pour éliminer le virus sur certaines surfaces. « Je vois que le désinfectant assomme le virus en une minute" avait-il déclaré. "Est-ce qu'il y a un moyen de faire quelque chose comme ça, avec une injection à l'intérieur, ou presque, comme un nettoyage ? »

Aussitôt, toute la bien-pensance internationale tombe dans le piège en le couvrant d’opprobre, allant même jusqu’à faire dire à Trump qu’il recommande d’ingérer de l’eau de Javel pour éliminer le COVID-19 (il s’était pourtant limité au mot "désinfectant").

Trump est un "demeuré", un "simple d’esprit" qui se couvre une nouvelle fois de ridicule ! lit-on un peu partout. Les journalistes et les médecins de plateaux TV, grassement stipendiés par les gros laboratoires, l’ont même traité de criminel par le simple fait qu’il ait suggéré que l’absorption de désinfectant pourrait devenir un remède au virus.

Mais quel est donc le lien entre la scène 1 et la scène 2 ?

C’est à la fois simple et diablement astucieux : par son commentaire d’apparence stupide, Trump a tenu à faire réagir toute la communauté mondiale en lui faisant crier haut et fort qu’il était criminel d’injecter du désinfectant dans le corps d’un être humain pour combattre le coronavirus. Or, il se trouve que les vaccins sont bourrés de désinfectants ainsi qu’en témoigne un article de Mediapart du 3 juin 2014 et qui dit ceci: les vaccins contiendraient "des désinfectants antibiotiques de la famille des aminosides dont on connaît la nocivité, notamment sur les reins et l'oreille interne. Autres désinfectants : du beta-propiolactone (produit reconnu cancérigène qui s'attaque au foie, au système immunitaire, au système respiratoire et gastro-intestinal) et des microbicides qui sont des agents détergents.

Ainsi, Trump est parvenu à faire dire aux grands médias et à toute l’intelligentsia globaliste, que les désinfectants sont un poison pour l’homme alors même qu’ils défendent les vaccins qui en sont pourtant largement composés! Une hypocrisie qui n’échappera probablement pas au peuple américain lorsque la question du vaccin se posera", conclut le message.

Je vous laisse vous faire votre propre opinion. Personnellement, je reconnais que la pertinence de cette analyse me trouble et m'interroge...

 

 

Pin It

Mots-clés: Vaccins, Trump